• Un crayon m'attendait, ainsi que ce papier,
    Si blanc que je n'ai pu m'empêcher de t'écrire,
    Dessus, ce que mon cœur voulait te faire lire,
    Amoureux qu'il est de ton immense beauté.

    Je regrette de ne pas savoir dessiner,
    Car mon âme aimerait tant pouvoir te décrire
    Les couleurs de la mer quand elle voit venir
    Le soleil et tes yeux aux flamboyants reflets.

    Et j'ai trempé ma plume à l'encre des étoiles,
    Désirant voir mes mots prendre l'éclat des pâles
    Et douces lumières qui subliment la nuit.

    Peu à peu, s'envolent les vers de ce poème,
    Qui dansent dans le ciel pour y graver "Je t'aime!"
    En lettres d'or, là où les rêves prennent vie.


    6 commentaires
  • Théâtre des ans

    Théâtre miteux, en unique spectateur,
    J'ai vu se refermer le rideau délavé,
    Pleurant ce rouge qu'il avait dans le passé.
    Assis sur un siège cassé, passent les heures.

    L'entracte commence, le silence fait peur,
    Brisé par la pluie qui, par le toit délabré,
    S'engouffre sans peine, faisant ainsi trembler
    La lumière, terne, de néons qui se meurent.

    Et le spectacle était à l'image des lieux,
    Horriblement mauvais, tragiquement piteux,
    Malheureuse vision d'une année qui s'achève.

    Malgré tout, je tente, plein d'espoir, de sourire,
    Attendant patiemment que le rideau se lève
    Sur de belles choses dans cet acte à venir.

     


    3 commentaires